• Rapport DE la commission d'enquête publique

    L'enquête publique sur la future centrale électrique du Larivot ,qui s'est tenue du 15 mai au 15 juin 2020, a recueilli une forte participation en dépit du contexte inédit que nous vivons actuellement. Retrouvez nos réponses aux observations déposées ainsi que le rapport de la commission d'enquête en cliquant sur le lien ci-dessous.

  • On en parle !

    Guyane la 1ère consacre un sujet à la Centrale du Larivot et aux réactions locales suite à la communication de l'avis de l'Autorité Environnementale. Les services de l'Etat, EDF PEI et Guyane Ecologie partagent leur point de vue.

    Extrait du JT du soir de Guyane 1ère du 13/01/2020

  • Biomasse liquide : EDF PEI s'engage pour un approvisionnement durable

    Afin de participer à l’atteinte de l'objectif 100% renouvelable dans les territoires d'Outre-mer, EDF PEI étudie pour ses centrales thermiques, un approvisionnement en biocarburant par des filières durables.

    EDF PEI s’approvisionnera en biomasse liquide exclusivement via des filières compatibles avec la directive européenne « RED II ». Les critères de durabilité et d’exigence environnementale de cette directive sont :

    • Quantitatif : avec une réduction des émissions CO2 sur l’ensemble du cycle de vie du combustible, c’est-à-dire de sa production à sa combustion dans nos moteurs, en passant par son acheminement jusqu’à nos sites. Ceci est possible notamment grâce à la quantité de CO2 absorbée par les plantes pendant leur croissance qui permet de compenser celle émise lors de la production d’électricité;
    • Qualitatif :  avec un choix respectueux des terres (pas de production sur des tourbières ou sur des terres riches en biodiversité).

    Tout produit compatible avec la directive « RED II » fait l’objet d’un certificat délivré par des organismes agréés (ex : Bureau Veritas, Control Union, etc…). En complément, le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire demande la mise en place de procédures de traçabilité et un système de management de la durabilité. Ces dispositions définissent un cadre clair et réglementé.

     

    Enfin, EDF PEI exclura de son approvisionnement les combustibles non éthiques et controversés, en particulier ceux à base d’huile de palme.

  • Publication de l'Avis de l'autorité environnementale :

    la procédure d’autorisation du projet se poursuit

    Après la concertation publique réalisée en 2018 et l’instruction du projet menée par les services de l’Etat en 2019, c’était au tour de l’Autorité Environnementale de rendre son avis sur le projet de la nouvelle centrale du Larivot. Cet avis consultatif, rendu le 18 décembre 2019, est une étape réglementaire de la procédure d’autorisation du projet. L’Autorité Environnementale a formulé plusieurs questions et recommandations sur le projet pour lesquelles EDF PEI produira un mémoire de réponses conformément à la réglementation.

    EDF PEI a fait de la prise en compte des enjeux environnementaux et particulièrement des enjeux de biodiversité une priorité du développement du projet. Toutes les recommandations de l’Autorité Environnementale seront ainsi étudiées afin d’améliorer le projet en cohérence avec les exigences de l’Etat et du territoire.

    La prochaine étape du projet est l’enquête publique qui se déroulera au deuxième trimestre 2020.

  • 3e Comité local de concertation pour la future centrale du larivot

    "Un projet soutenu par l'Etat et la Collectivité Territoriale de Guyane"

    Cliquez sur l'image

    Le 3e comité local de concertation pour la centrale du Larivot a eu lieu le 15 octobre 2019, présidé par le SGAR, M. Philippe LOOS, en présence de Hélène SIRDER vice-présidente de la CTG. Cette instance est l'occasion pour le porteur de projet d'informer les acteurs locaux sur l'avancement du projet, de recueillir leurs avis et de répondre à leurs questions.

  • Téléchargez la présentation et LE Compte-rendu du comité

  • Une voisine des plus gracieuses : la biche des palétuviers

    C'est avec beaucoup de satisfaction que nous avons appris la récente validation par l'Agence Française de la Biodiversité, d'une étude sur la biche des palétuviers, une étude à laquelle EDF PEI apportera son soutien financier. L'ONCFS (Office Nationale de la Chasse et de la Faune Sauvage) mènera cette recherche afin de mieux connaître cette espèce présente sur la zone du Larivot et les caractéristiques de son habitat. Ce travail permettra de concilier la préservation de ce mammifère avec le développement du littoral guyanais.

    Biche des palétuviers (odocoileus cariacou)

    Les retombées attendues de cette étude sont :

    • Cartographier l'habitat de la biche des palétuviers, 
    • Appuyer les politiques d'aménagement et la mise en place de recommandations pour les gestionnaires des milieux,
    •  Mettre en place un réseau de recueil d'informations à l'échelle de la Guyane,
    • Sensibiliser le public à cette espèce emblématique des mangroves du littoral et à la préservation de son habitat,
    • Améliorer les connaissances sur une espèce protégée méconnue,
    • Communiquer sur la biche grâce aux clichés issus des pièges photographiques qui seront mis en place.
  • On en parle !

    Radio Péyi GUYANE s'intéresse à la Centrale du Larivot

    Cliquez sur l'image pour visionner la vidéo

  • Comment sera alimentée la centrale ?

    Le Port de Dégrad des Cannes, seul port de l'île de Cayenne pourvu d'un terminal pétrolier, est situé à une quinzaine de kilomètres de la Centrale. Afin d'alimenter l'installation en carburant à tout moment, sans incommodité et de la façon la plus sécurisée qui soit pour les riverains, une canalisation de transport reliera la Centrale du Larivot au Port de Dégrad des Cannes. Cet ouvrage sera intégralement enterré, donc sans aucun impact visuel, et fera l'objet d'une surveillance permanente.

    Tracé de moindre impact

    Pour aboutir à ce tracé de moindre impact, EDF PEI et son bureau d'études Eureteq ont réalisé une analyse multi-critères des contraintes du territoire (sites historiques, milieu naturel, aménagements à venir...). Après plusieurs mois de consultation avec les acteurs locaux, le tracé ci-dessus a finalement été retenu. Grâce à un emprunt maximal du domaine publique (accotement des voies), aucune espèce protégée animale ou végétale ne sera impactée.

     

    Si l'oléoduc de la Centrale du Larivot sera le premier en Guyane, c'est un type d'ouvrage bien connu et dont la construction et l'exploitation sont réglementées. En effet, des dizaines de milliers de kilomètres de canalisation de transport maillent déjà le territoire hexagonal. Pour cette installation particulière, EDF PEI a fait appel aux compétences d'un des experts du domaine, le bureau d'études Eureteq.

    En quelques chiffres ...

    Longueur : 15 km approx.

    Diamètre : 40 cm

    Profondeur : 1 mètre minimum

  • Le projet du Larivot s'engage pour la préservation de LA biodiversité guyanaise

    Dans les dossiers d'autorisation d'exploiter déposés en avril aux services de la DEAL, EDF PEI s'engage sur 10 mesures au profit de la préservation de la biodiversité guyanaise. Focus sur deux d'entre elles :

    • la protection de la mangrove, du marais Larivot et du corridor écologique Mont Grand Matoury - Mangrove Leblond
    • le partenariat avec l'association Protecta pour la restauration d'une ferme pédagogique et d'un sentier découverte accessibles au jeune public

    La future zone préservée du Larivot

    EDF PEI s'engage à préserver et à financer un plan de gestion sur une aire d'environ 80 ha , soit plus de 3 fois l'emprise de son projet au Larivot. Ces milieux naturels constitués de mangroves, d'une pinotière et d'un marais d'arrière mangrove, présentent un caractère patrimonial indéniable. La sanctuarisation de cet espace participera au maintien d'un corridor écologique soumis à une forte pression d'urbanisation.

    Vue de la palmeraie de la ferme pédagogique du Larivot

    EDF PEI participera à la restauration d'une ferme pédagogique située à proximité de l'emplacement de la centrale. Cette restauration sera réalisée en partenariat avec l'association guyanaise PROTECTA qui est en charge de la gestion de la ferme et de la définition des programmes pédagogiques qui y sont réalisés.

    La ferme pédagogique est située sur une parcelle d’exploitation agricole polyculture et d’élevage située à proximité immédiate du site de la future centrale du Larivot.

     

    "L’idée consiste à se servir du support de la ferme et de son environnement pour amorcer, illustrer ou étayer les savoirs que les enfants construisent en classe : c’est de la pédagogie active, car les besoins des enfants vont bien au-delà puisqu’ils ont effectivement besoin de voir, mais aussi d’entendre, de toucher, de participer et de comprendre"

    Association Protecta

  • LES DOSSIERS D'AUTORISATION ONT ÉTÉ DÉPOSéS AUPRÈS DE LA DEAL DE GUYANE

    En avril , EDF PEI a déposé à la DEAL de Guyane les dossiers de demande d’autorisation d'exploiter le projet. Ces dossiers comprennent la description technique et administrative complète du projet ainsi que l'analyse des impacts du projet sur l'environnement. Une fois ces dossiers instruits par la DEAL ils seront soumis à une enquête publique qui se tiendra au troisième trimestre 2019.

    En avril , EDF PEI a déposé à la DEAL de Guyane les dossiers de demande d’autorisation d'exploiter le projet. Ces dossiers comprennent la description technique et administrative complète du projet ainsi que l'analyse des impacts du projet sur l'environnement. Une fois ces dossiers instruits par la DEAL ils seront soumis à une enquête publique qui se tiendra au troisième trimestre 2019.

  • SIGNATURE D'UNE CONVENTION EN FAVEUR DE L'INSERTION PROFESSIONNELLE

    POUR LE FUTUR CHANTIER DE LA CENTRALE

    Le 16 novembre 2018 à l’hôtel de la Collectivité Territoriale de Guyane, les Présidents de EDF PEI, Frédéric MAILLARD et du GEIQ BTP Guyane, Olivier MANTEZ, ont signé une convention en faveur de l’insertion professionnelle pour le futur chantier de la centrale du Larivot.

    Cet événement a eu lieu en présence de la vice Présidente de la CTG Mme Hélène SIRDER.

    Cette convention engage le maître d’ouvrage EDF PEI à mettre en œuvre une clause sociale permettant l’embauche de personnes éloignées de l’emploi pour un volume représentant au minimum 5% du temps de main d’œuvre total sur le chantier de construction de la future centrale électrique.

    Le GEIQ BTP dans le cadre de ses missions accompagnera les entreprises attributaires des marchés et les personnes éloignées de l’emploi pour garantir le succès de cette opération.

  • TéLéCHARGEz LE DOSSIER du PROJET

    Pour une présentation détaillée du projet, de ses aspects techniques et des enjeux associés