• LE PROJET DE LA CENTRALE DU LARIVOT

    UN PROJET DE LA PROGRAMMATION PLURIANNUELLE DE L'ENERGIE DE GUYANE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • LA Volonté D'EDF EST DE PROPOSER UN projet Adapté AUX BESOINS DU TERRITOIRE ET EN LIGNE AVEC LA LOI DE TRANSITION énergétique

    VIA LA CONSTRUCTION D'UNE CENTRALE ENR FONCTIONNANT à la biomasse liquide.

    A

    SÉCURISER L'ALIMENTATION ÉLECTRIQUE DE LA GUYANE

    Le projet a vocation à répondre au besoin du système électrique guyanais inscrit dans la PPE Guyane.

    • Remplacement de la centrale de Dégrad-des-Cannes qui doit être arrêtée avant fin 2023 (centrale de près de 40 ans ne satisfaisant plus les nouvelles normes d’émissions)
    • Nouvelle centrale électrique à puissance garantie (non intermittente) de 120 MW sur l’ile de Cayenne.
    • Assurer la continuité de la production d’électricité en Guyane à partir de 2023.

    B

    ACCOMPAGNER LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE

    Comme pour tout projet d’ampleur pour un territoire, le projet du Larivot se doit d’être au bénéfice de l’économie et de la société guyanaise.

    • 100 M€ de retombées économiques pour le territoire sont attendues grâce au projet.
    • 300 personnes seront en moyenne nécessaires chaque jour pendant les 4 ans de la construction et 100 emplois durables sur la durée de vie de la centrale.
    •  Une clause d’insertion sociale négociée avec les constructeurs pour l'embauche prioritaire de guyanais actuellement éloignés de l’emploi (chômeurs longue durée, jeunes sans formation).

    C

    PRENDRE EN COMPTE TOUS LES ENJEUX

    DE BIODIVERSITÉ

    EDF PEI a fait de la prise en compte des enjeux de biodiversité une priorité pour le développement du projet.

    • Sanctuarisation de plus de 80 ha de Mangrove, mise en place d'un plan de gestion avec le PNRG, développement de partenariats locaux pour la préservation de la biodiversité (Ferme pédagogique, Palmétum, études d'espèces protégées avec l'OFB)
    • Conversion à la biomasse liquide, un biocarburant 100% renouvelable.
    • Réduction de l'impact de la centrale sur l'environnement (-30% de CO2 , -80% de NOX, réduction de consommations d'eau, etc.)

    D

    MAINTENIR UNE DÉMARCHE DE CONCERTATION CONTINUE

    Afin d’adapter continuellement le projet aux besoins et enjeux du territoire, EDF PEI a inscrit le projet dans une démarche de concertation permanente.

    • Une concertation publique a ainsi été organisée autour de réunions publiques et d’ateliers thématiques.
    • Des Comités de Concertation Locaux se réunissent également de manière périodique avec les différentes parties prenantes du territoire (Préfecture, CTG, mairies, CACL, DEAL de Guyane,…).
    • Une information en continue du public sur l’avancement du projet est réalisée notamment via le site internet du projet : www.centraledularivot.com
  • Le projet de la centrale du Larivot permettra de sécuriser l'approvisionnement en électricité du territoire après l'arrêt de la centrale de Dégrad-des-Cannes imposé avant fin 2023.

    Il est inscrit dans la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie de Guyane validée par décret le 30 mars 2017.

  • UN BESOIN URGENT DU TERRITOIRE :

    REMPLACER LA CENTRALE ÉLECTRIQUE DE

    DéGRAD-DES-CANNES

    La centrale de Dégrad-des-Cannes est un pilier actuel du système électrique de Guyane.

    Elle doit impérativement fermer avant fin 2023

     

    La centrale a été mise en service en 1982 et a dépassé sa durée de fonctionnement initiale.

    La centrale n'est pas conforme aux nouvelles normes réglementaires d'émissions, et n'a pas l'autorisation de fonctionner après le 31 décembre 2023.

     

     

  • LE PROJET DU LARIVOT:

    UNE CENTRALE ÉLECTRIQUE HYBRIDE POUR REMPLACER

    DEGRAD-DES-CANNES

    La Programmation Pluriannuelle de l’Énergie de Guyane (décret du 30 Mars 2017) définit les nouveaux investissements électriques nécessaires pour le territoire.

    Elle a été élaborée conjointement par la Collectivité Territoriale de Guyane et l'Etat en concertation avec les acteurs locaux.

    Elle a acté la nécessité de remplacer la centrale de Dégrad-des-Cannes avant la fin de l'année 2023 par un projet de centrale électrique hybride constitué à la fois d'une partie thermique de 120 MW et d'une partie photovoltaïque de 10 MWc : c'est le PROJET DU LARIVOT.

    Le site moteurs

    120 MW

    La centrale du Larivot comportera un site moteurs de 120 MW fonctionnant au fioul léger. Conformément à la PPE il sera convertible au gaz naturel dans l'éventualité où les conditions d'arrivée du gaz en Guyane soient un jour réunies.

    Par rapport à la centrale de Dégrad-des-Cannes qu'il remplacera, le projet permettra une réduction significative des émissions atmosphériques du fait de technologies à haut rendement, de dispositifs de dépollution et d'un combustible à plus faible teneur en soufre.

    Photo: Centrale électrique de Lucciana B (Corse)

    Le site photovoltaïque

    10 MWc

    La centrale du Larivot comportera un site photovoltaïque de 10 MWc.

    Conformément à la PPE, cette installation ne possédera pas de stockage. Cette énergie sera injectée directement sur le réseau de transport et distribution d'électricité de Guyane.

    Ce site contribuera à satisfaire les objectifs de développement des énergies renouvelables dans le territoire.

     

    Photo: Centrale photovoltaïque de Montjoly (Remire-Montjoly)

  • « La première Programmation Pluriannuelle de l’Energie de la Guyane est un exemple remarquable de travail conjoint des services de l’État et de la Collectivité Territoriale de Guyane »

    Martin Jaeger, Préfet de Guyane 2015 - 2017

  • LA LOCALISATION du Projet : le larivot

    Pour des raisons de sécurisation de l'approvisionnement électrique, le nouveau projet se devait d'être situé sur l'île de Cayenne, principal pôle de consommation d'électricité en Guyane. De nombreuses zones ont été étudiées, en particulier les terrains situés à proximité de l'actuelle centrale de Dégrad-des-Cannes.

    Le terrain choisi correspond à la seule opportunité foncière compatible avec la réglementation et permettant de respecter les échéances du projet. Il s'agit du terrain ci-dessous situé à proximité du port du Larivot.

    Le choix du site a été validé par la CTG lors de l'assemblée plénière du 10 février 2017.