• LE PROJET DE LA CENTRALE DU LARIVOT

    UN PROJET DE LA PROGRAMMATION PLURIANNUELLE DE L'ENERGIE DE GUYANE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Une voisine des plus gracieuses : la biche des palétuviers

    C'est avec beaucoup de satisfaction que nous avons pris la récente validation par l'Agence Française de la Biodiversité, d'une étude sur la biche des palétuviers, une étude à laquelle EDF PEI apportera son soutien financier. L'ONCFS (Office Nationale de la Chasse et de la Faune Sauvage) mènera cette recherche afin de mieux connaître cette espèce présente sur la zone du Larivot et les caractéristiques de son habitat. Ce travail permettra de concilier la préservation de ce mammifère avec le développement du littoral guyanais.

    Biche des palétuviers (odocoileus cariacou)

    Les retombées attendues de cette étude sont :

    • Cartographier l'habitat de la biche des palétuviers, 
    • Appuyer les politiques d'aménagement et la mise en place de recommandations pour les gestionnaires des milieux,
    •  Mettre en place un réseau de recueil d'informations à l'échelle de la Guyane,
    • Sensibiliser le public à cette espèce emblématique des mangroves du littoral et à la préservation de son habitat,
    • Améliorer les connaissances sur une espèce protégée méconnue,
    • Communiquer sur la biche grâce aux clichés issus des pièges photographiques qui seront mis en place.
  • On en parle !

    Radio Péyi GUYANE s'intéresse à la Centrale du Larivot

    Cliquez sur l'image pour visionner la vidéo

  • Le développement du projet est réalisé par EDF PEI suivant 4 axes majeurs

    A

    RÉPONDRE A LA COMMANDE DE L'ETAT

    ET DE LA REGION

    Le projet a vocation à répondre au besoin du système électrique guyanais inscrit dans la PPE Guyane. La Guyane a impérativement besoin d’une nouvelle centrale électrique à puissance garantie (non intermittente) de 120 MW sur l’ile de Cayenne afin de remplacer la centrale existante de Dégrad-des-Cannes doit être arrêtée avant fin 2023 (centrale de près de 40 ans ne satisfaisant plus les nouvelles normes d’émissions). Le projet du Larivot a donc pour objectif premier d’assurer la continuité de la production d’électricité en Guyane à partir de 2023.

    B

    GARANTIR DES RETOMBEES ECONOMIQUES ET SOCIALES

    Comme pour tout projet d’ampleur pour un territoire, le projet du Larivot se doit d’être au bénéfice de l’économie et de la société guyanaise. Des retombées économiques de plus de 100 m€ sont attendues pour le territoire. Le projet permettra 100 emplois durables sur la durée de vie de la centrale. Près de 300 personnes seront en moyenne nécessaires chaque jour pendant les 4 ans de la construction. Enfin EDF PEI a négocié une clause d’insertion sociale avec les constructeurs afin qu’ils aient l’obligation d’embaucher des guyanais actuellement éloignés de l’emploi (chômeurs longue durée, jeunes sans formation).

    C

    PRENDRE EN COMPTE TOUS LES ENJEUX

    DE BIODIVERSITE

    EDF PEI a fait de la prise en compte des enjeux de biodiversité une priorité pour le développement du projet. Une étude écologique exhaustive de plus de 18 mois a été réalisée afin de recenser toutes les espèces qui pourraient être impactées par le projet. EDF PEI a ensuite adapté la conception technique du projet pour éviter au maximum les espèces protégées et mis en place des mesures de compensation des impacts restants dont la sanctuarisation de près de 80 hectares de zones naturelles à haute valeur patrimoniale sur le terrain du Larivot à proximité de la centrale.

    D

    MAINTENIR UNE DEMARCHE DE CONCERTATION CONTINUE

    Afin d’adapter continuellement le projet aux besoins et enjeux du territoire, EDF PEI a inscrit le projet dans une démarche de concertation permanente. Une concertation publique a ainsi été organisée autour de réunions publiques et d’ateliers thématiques. Des Comités de Concertation Locaux se réunissent également de manière périodique avec les différentes parties prenantes du territoire (Préfecture, CTG, mairies, CACL, DEAL de Guyane,…). Une information en continue sur l’avancement du projet est réalisée notamment via le site internet du projet : www.centraledularivot.com

  • Comment sera alimentée la centrale ?

    Le Port de Dégrad des Cannes, seul port de l'île de Cayenne pourvu d'un terminal pétrolier, est situé à une quinzaine de kilomètres de la Centrale. Afin d'alimenter l'installation en carburant à tout moment, sans incommodité et de la façon la plus sécurisée qui soit pour les riverains, une canalisation de transport reliera la Centrale du Larivot au Port de Dégrad des Cannes. Cet ouvrage sera intégralement enterré, donc sans aucun impact visuel, et fera l'objet d'une surveillance permanente.

    Tracé de moindre impact

    Pour aboutir à ce tracé de moindre impact, EDF PEI et son bureau d'études Eureteq ont réalisé une analyse multi-critères des contraintes du territoire (sites historiques, milieu naturel, aménagements à venir...). Après plusieurs mois de consultation avec les acteurs locaux, le tracé ci-dessus a finalement été retenu. Grâce à un emprunt maximal du domaine publique (accotement des voies), aucune espèce protégée animale ou végétale ne sera impactée.

     

    Si l'oléoduc de la Centrale du Larivot sera le premier en Guyane, c'est un type d'ouvrage bien connu et dont la construction et l'exploitation sont réglementées. En effet, des dizaines de milliers de kilomètres de canalisation de transport maillent déjà le territoire hexagonal. Pour cette installation particulière, EDF PEI a fait appel aux compétences d'un des experts du domaine, le bureau d'études Eureteq.

    En quelques chiffres ...

    Longueur : 15 km approx.

    Diamètre : 40 cm

    Profondeur : 1 mètre minimum

  • Le projet du Larivot s'engage pour la préservation de LA biodiversité guyanaise

    Dans les dossiers d'autorisation d'exploiter déposés en avril aux services de la DEAL, EDF PEI s'engage sur 10 mesures au profit de la préservation de la biodiversité guyanaise. Focus sur deux d'entre elles :

    • la protection de la mangrove, du marais Larivot et du corridor écologique Mont Grand Matoury - Mangrove Leblond
    • le partenariat avec l'association Protecta pour la restauration d'une ferme pédagogique et d'un sentier découverte accessibles au jeune public

    La future zone préservée du Larivot

    EDF PEI s'engage à préserver et à financer un plan de gestion sur une aire d'environ 80 ha , soit plus de 3 fois l'emprise de son projet au Larivot. Ces milieux naturels constitués de mangroves, d'une pinotière et d'un marais d'arrière mangrove, présentent un caractère patrimonial indéniable. La sanctuarisation de cet espace participera au maintien d'un corridor écologique soumis à une forte pression d'urbanisation.

    Vue de la palmeraie de la ferme pédagogique du Larivot

    EDF PEI participera à la restauration d'une ferme pédagogique située à proximité de l'emplacement de la centrale. Cette restauration sera réalisée en partenariat avec l'association guyanaise PROTECTA qui est en charge de la gestion de la ferme et de la définition des programmes pédagogiques qui y sont réalisés.

    La ferme pédagogique est située sur une parcelle d’exploitation agricole polyculture et d’élevage située à proximité immédiate du site de la future centrale du Larivot.

     

    "L’idée consiste à se servir du support de la ferme et de son environnement pour amorcer, illustrer ou étayer les savoirs que les enfants construisent en classe : c’est de la pédagogie active, car les besoins des enfants vont bien au-delà puisqu’ils ont effectivement besoin de voir, mais aussi d’entendre, de toucher, de participer et de comprendre"

    Association Protecta

  • LES DOSSIERS D'AUTORISATION ONT ÉTÉ DÉPOSéS AUPRÈS DE LA DEAL DE GUYANE

    En avril , EDF PEI a déposé à la DEAL de Guyane les dossiers de demande d’autorisation d'exploiter le projet. Ces dossiers comprennent la description technique et administrative complète du projet ainsi que l'analyse des impacts du projet sur l'environnement. Une fois ces dossiers instruits par la DEAL ils seront soumis à une enquête publique qui se tiendra au troisième trimestre 2019.

    En avril , EDF PEI a déposé à la DEAL de Guyane les dossiers de demande d’autorisation d'exploiter le projet. Ces dossiers comprennent la description technique et administrative complète du projet ainsi que l'analyse des impacts du projet sur l'environnement. Une fois ces dossiers instruits par la DEAL ils seront soumis à une enquête publique qui se tiendra au troisième trimestre 2019.

  • SIGNATURE D'UNE CONVENTION EN FAVEUR DE L'INSERTION PROFESSIONNELLE

    POUR LE FUTUR CHANTIER DE LA CENTRALE

    Le 16 novembre 2018 à l’hôtel de la Collectivité Territoriale de Guyane, les Présidents de EDF PEI, Frédéric MAILLARD et du GEIQ BTP Guyane, Olivier MANTEZ, ont signé une convention en faveur de l’insertion professionnelle pour le futur chantier de la centrale du Larivot.

    Cet événement a eu lieu en présence de la vice Présidente de la CTG Mme Hélène SIRDER.

    Cette convention engage le maître d’ouvrage EDF PEI à mettre en œuvre une clause sociale permettant l’embauche de personnes éloignées de l’emploi pour un volume représentant au minimum 5% du temps de main d’œuvre total sur le chantier de construction de la future centrale électrique.

    Le GEIQ BTP dans le cadre de ses missions accompagnera les entreprises attributaires des marchés et les personnes éloignées de l’emploi pour garantir le succès de cette opération.

  • TéLéCHARGEz LE DOSSIER du PROJET

    Pour une présentation détaillée du projet, de ses aspects techniques et des enjeux associés